Copyright © Villemardy 2014
Conception et mise en ligne par FSTO
BIENVENUE à VILLEMARDY

Les Commerces d’Antan

Villemardy autrefois : ces commerçants et ces artisans

Acheter   son   pain   et   son   journal,   aller   au   café   ou   au   restaurant,   faire   ses   courses   ou   encore   prendre le   train   ou   faire   le   plein   d’essence   à   VILLEMARDY   ?   Pourquoi   pas   !   La   preuve,   un   voyage   à   travers   le temps   (du   débutdu   XXe   siècle   jusque   dans   les   années   80)   ainsi   qu’une   flânerie   de   part   et   d’autre   du bourg   vont   nous   faire   découvrir   les   différents   artisans   et   commerçants   Villemardinois   d’autrefois        qui   font   désormais   parti   de   notre   patrimoine   «   immatériel   »   local.   Alors   bonne   promenade   et   bon shopping… CHIFFONNIERS ET MARCHANDS DE PEAUX DE LAPINS 15 rue des Boissonnards Monsieur et Madame Gauthier COUTURIÈRE ET DÉPÔT DE JOURNAUX-DÉBIT DE TABAC 4, rue de l’Abbaye Madame Guellier COUTURIÈRE Madame Bourguignon  - impasse des dîmes Madame Guibert - 3 rue des Peziers BLANCHISSEUSE 6 rue des Peziers Madame Tiphene (repassage et amidonnées de col de chemise.) MARCHAND DE LÉGUMES 14 rue de la Gibardière Madame Goudeau (livraison légumes avec charrette à bras.) CORDONNIER 2 rue de l’Abbaye Monsieur Bouzy Henri (fabriquait notamment des brodequins cloutés.) TAILLEUR DE PIERRE 7 rue des Peziers Monsieur Laurenceau (il cassait et vendait des pierres de la carrière des Perrières pour l’entretien des routes. Il habitait dans la cantine scolaire actuelle.) BOULANGER-PATISSIER 2 Impasse du boulanger Monsieur et Madame Doublet Ensuite M. et Mme LACOSTE (effectuait également des tournés et fut le dernier boulanger du village.) TUEUR DE COCHON - CHARCUTIER 1 impasse du boulanger Monsieur Leroy Émile dit « Mimile » CHARPENTIER - COUVREUR M. Pommier Benoit - 2 impasse St Jacques M. Lacroute (Reprise de l’activité de M. Pommier) - 12 rue de l’Abbaye CHARRON MENUISIER M. Pernay Georges et ensuite Michel - 4 Impasse des Jardins M. Tiphene - 6 rue des Peziers ENTREPRENEUR DE BATTAGE 10 rue de la Gibardière M. Deschamps Marcel (il fut le propriétaire du 1 er  tracteur arrivé sur la commune : il s’agissait d’un Deering 10-20 à roues de fer.) ÉPICIER 3 rue de l’Abbaye M. Morrin, puis M. Merlinet Ils effectuaient des tournées ÉPICIER - CAFÉ - DÉBIT DE TABAC M.Morisse - 1 rue des Peziers M. Crosnier - 1 rue Grands Marchais (seul commerce répertorié à Villamoy.) ÉPICIER - CAFÉ - DÉBIT DE TABAC ET RESTAURANT 1 rue des Peziers M. Wirth Marius Ensuite M. Tobi, puis M. Sionville Gérard Café et restaurant la belle époque ÉPICIER - MERCERIE 13 rue de l’Abbaye Mme Guetrot CAFÉ 7 rue de l’Abbaye Mme Hulot M. Cartier Jean (projection cinéma une fois tous les 15 jours environ dans la grande salle (par M. Vassort de Oucques) Mme Gousseau (avec un local téléphonique – banquets.) MÉCANICIEN AGRICOLE (vente et réparation) 13 rue des Peziers M. Pelade et M. Hulot Puis MM. Deslandes Marcel et André Puis MM. Bellamy André et Marc (père et fils.) MARÉCHAL FERRANT ET MÉCANICIEN 1 rue de l’Abbaye MM. Laine (père et fils) Puis M. Charles Lucien (avec station-service « AVIA ») MAÇON M. Leboulaire Mathurin - 8 rue des Boissonnards M. Guillot Théophile, puis Maurice dit « Louis » - 8 rue de la Gibardière COIFFEUR À DOMICILE 8 rue des Boissonnards M. Leboulaire Mathurin M. Dubois impasse des jardins Un coiffeur de Vendôme passait 1 fois par semaine au café Cartier rue de l’Abbaye PLÂTRIER 1 rue de la Gibardière M. Lhomme Serge NÉGOCIANT EN GRAINS ET ENGRAIS 17 rue des Peziers M. Guibert Jean HORLOGER Il aurait exercé son activité dans un petit atelier situé à l’entrée de l’actuel jardin de Mme Guillon rue de l’Abbaye. CHEF DE GARE ET GARDE BARRIÈRE De   1881   (ouverture   de   la   ligne   Blois-Pont   de   Braye)   jusqu’au   début   des   années   50,   plusieurs   familles   de garde-barrière   se   sont   succédées   à   la   maisonnette   de   la   Gibardière,   puisqu’il   y   avait,   hormis   des   trains   de marchandises,    une    halte    au    passage    à    niveau    de    Villemardy    pour    les    trains    de    voyageurs    (trains    qui quittaient   Blois   à   6h55   pour   atteindre   Vendôme   à   7h56.)   En   juillet   1944,   la   ligne   au   niveau   de   Villemardy échappe   de   peu   aux   bombardements   américains,   puisque   les   bombes   sont   tombées   dans   le   champ   des Perrières,    route    de    Villebouzon.    Aujourd’hui,    ne    subsistent    que    les    liaisons    (Blois–Villefrancoeur    et Vendôme–Selommes.) Remerciements à Monsieur Guillemeau Gilbert, Monsieur Gortheau Paul et Monsieur Randuineau Gaston pour leur aide précieuse et pour l’élaboration de ce mémoire.